Dans-mon-jardin.fr » Potager » Phytoépuration : comment ça marche ?

Phytoépuration : comment ça marche ?

De plus en plus de voix s’élèvent un peu partout dans le monde, pour essayer de faire face à tous les chamboulements climatiques qui mènent notre planète vers la dérive. On pourrait par exemple constater l’intérêt croissant des politiciens à l’égard de cette question, mais on sait tous en vérité que cela ne mène à rien sur le court terme.

Contrairement à toutes ces procédures en grandes pompes, il se trouve qu’il y a des innovations toutes simple qui peuvent sauver cette planète, et nous procurer par la même occasion un grand confort dans notre vie. C’est le cas de la procédure de la phytoépuration.

Qu’est-ce que c’est que la Phytoépuration ?

Au sens stricte de terme, le mot Phytoépuration veut dire épuration par les plantes, sans trop spécifier ce que ces plantes vont bien pouvoir purifier, cela peut donc s’agir de l’épuration de l’air, du sol, ou enfin des eaux. Mais au sens pratique, ce terme désigne de plus en plus un procédé ingénieux, qui vise l’épuration de l’eau par les plantes. Le mot phytoépuration a donc, bien que galvaudé, trouvé sa place dans le jargon écologique.

Le concept de la phytoépuration est très simple à assimiler, il ne s’agit pour ainsi dire que d’utiliser les bactéries qui se trouvent dans ce qu’on appelle le système racinaire de quelques plantes, pour l’assainissement de nos eaux usées.

La Phytoépuration est donc un savoir-faire qui met sur pied une fusion constituée par, d’un coté les végétaux du sol, et de l’autre les micro-organismes, tout cela dans le but précis que les racines de ces végétaux éliminent par le biais de leurs bactéries, des molécules biologiques polluantes présentes dans des écosystèmes des eaux usées. Ces agents polluants sont en l’occurrence les nitrates, les phosphates, ainsi que quelque métaux.

Le procédé de la phytoépuration est donc très simple à réaliser, d’autant plus qu’il existe plusieurs technologies qui peuvent se compléter entre elles, ou avec les techniques purement naturelles, cela permet à n’importe qui de bénéficier d’un système d’assainissement à moindre coût, surtout s’il est en partie réalisé par soi-même.

Les étapes de la phytoépuration :

Afin de bien comprendre le processus de la phytoépuration, on va essayer de le voir de plus prêt via ses étapes :

  • L’étape du prétraitement : ça consiste à faire remonter le gros des particules vers la surface, grâce à du gravier ou des racines de roseau.
  • L’étape du traitement des composés chimiques : via des plantes comme le bambous ou le roseau, les nitrates et les phosphates sont absorbées.
  • L’étape du traitement biologique : cette étape consiste en la transformation par les bactéries des agents polluants en matière nutritive, qui sera dévorée par les plantes.

Dans mon blog, d'autres articles :